Produire de l’électricité sur son toit reste une opération interessante. En plus de faire un geste pour la planète, vous valorisez votre bien. Le photovoltaïque pourrait être obligatoire sur les toits des maisons nouvellement construites dès 2020.

Basé sur un phénomène physique imperceptible, son fonctionnement n’occasionne strictement  aucune nuisance ou impact sur l’environnement immédiat : ni mouvement, ni bruit, ni odeur, ni émission quelconque.

Les caractéristiques physiques des matériaux photovoltaiques ne s’altèrent pas dans le temps, ce qui permet aux fabricants d’apporter une garantie de rendement pouvant aller jusqu’a 30 ans.

Hormis le coût d’investissement, l’accès à la ressource énergétique primaire est totalement libre et gratuit, puisqu’il s’agit de la lumière du soleil. Comme les besoins d’entretiens et de maintenance sont très réduits, le bilan économique est prévisible avec un haut degré de certitude.

Le tarif de rachat par le gestionnaire du réseau à baissé de 20% depuis le 5 mars 2011. Il s’élève à 0.46 €/kWh pour les installations en résidentiel (en comparaison, vous achetez le kWh à EDF 0.11 € en tarif de base).

En compensation, la limite autorisée pour bénéficier du tarif est passée de 3 kWc (environ 20 m² de panneaux) à 9 kWc (environ 40 m²). Ces tarifs sont garantis contractuellement pour 20 ans.

En France, 10 m² de panneaux solaires photovoltaïques produisent en moyenne 1031 kWh par an. Dans certaines régions du sud de la France la moyenne peut atteindre 1900 kWh par an.

Gratuité, innocuité, accessibilité, sécurité, modularité, flexibilité : la conjugaison de ces qualités dont dispose le photovoltaïque fait que ses domaines d’application sont extrêmement divers et peuvent répondre à une grande varieté de besoins dans toutes sortes de situations.

Les panneaux photovoltaïques 1